Belle de jour_Joseph Kessel

Publié le par Ilse

Belle
Séverine est une très belle jeune femme. Mariée à un chirurgien, Pierre, qu’elle aime profondément, elle vit confortablement dans un bel appartement parisien. Pourtant, ils font souvent chambre à part. Elle a tout pour être heureuse mais elle est tourmentée. Dans la société bourgeoise qu’elle côtoie, les apparences, les bonnes manières sont légion. Appartient-elle vraiment à ce monde ?
Par hasard, elle apprend d’une amie qu’une femme de son monde fréquente une maison close. Cette annonce va provoquer en elle le besoin à son tour de faire l’amour avec d’autres hommes qu’elle ne connaît pas, ne lui plaisent pas plus que cela.
Elle s’organise pour mener cette double vie et rester à la fois la douce et vertueuse Séverine et quelques heures par jour l’indifférente, insensible et audacieuse Belle de Jour. Cette capacité à se laisser aller avec d’autres partenaires que son mari lui donne à la fois un sentiment d’autosatisfaction puisque parfois elle y trouve du plaisir mais aussi celui de la culpabilité. Elle se rend coupable délibérément d’adultère et « enfonce le clou » en tombant amoureuse de Marcel, petit truand dans le milieu des stupéfiants.
Tout semble bien rodé jusqu’au jour où une connaissance commune de son mari fait irruption chez Anaïs.
 
 
Mon avis :
 
Le lecteur est prévenu dès le début que Séverine a été victime d’un viol étant enfant. Tout repose sur le mutisme de cette jeune personne jusqu’à l’âge adulte. Elle porte en elle ce qui à cette époque (le livre a été écrit en 1928 !) ne peut être dit. J’imagine que ce lourd fardeau la pousse à réitérer ce qu’elle a vécu mais cette fois en prenant du plaisir, comme une vengeance. On peut se poser la question : comment a-t’elle rencontré son mari et fini par l’épouser puisqu’il ne sait pas tout sur elle.
Séverine se met donc en situation de fautive et va finir par blesser la personne qui lui est le plus cher.
Je suis très surprise que ce roman ait été écrit en 1928 parce qu’il me paraît très moderne. J’aurai pensé que cela se passait plutôt dans les années cinquante ou soixante. Il est difficile de juger Séverine sachant ce qu’il lui est arrivé et je me suis sentie assez proche des tiraillements intérieurs dont elle souffre. C’est finalement quelqu’un d’assez sauvage qui ne comprend pas elle-même ce qu’elle fait et les abîmes dans lesquels elle s’engouffre. Un livre choc sur la condition féminine de cette époque ?
JKessel
 
 
 
 
Sur l’auteur : Joseph Kessel est né en 1898 en Argentine d’un père d’origine lituanienne et d’une mère d’origine russe. Il obtient sa licence de lettres à 17 et est engagé au Journal des débats, dans le service de politique étrangère. Après avoir pris part aux combats de la guerre 14-18 il écrit l’Equipage qui devient son premier grand succès. La suite là : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Kessel
 
Il me rappelle un peu Romain Gary qui comme lui a beaucoup voyagé et notamment servi dans l’aviation durant les deux guerres mondiales.
 
 
Extraits :
 
 
& Elle passait des heures à contempler ses poignets amaigris tout bleuis de veines tendres ou ses ongles d’un mauve encore morbide. Quant Pierre lui parlait, elle ne répondait pas. Que pesait l’amour de son mari auprès de celui qu’elle éprouvait pour son propre corps. Il était si précieux, si vaste et abondant !
 
 
& Elle avait vécu avec un orgueil si tranquille que personne n’y avait jamais osé toucher. Et voici qu’une tenancière la rappelait à l’ordre ainsi qu’une servante fautive. Une trouble lueur de reconnaissance parut dans les yeux hautains de Séverine, et, pour épuiser jusqu’à sa lie puissante le philtre de l’humiliation, elle obéit.
 
 
& La course où elle se déchirait approchait de son terme. Il guérirait, elle l’emporterait. Il y aurait de nouveau des journées à l’ombre des grands arbres, des jeux sur des plages, des chants de montagnes sur des neiges lisses.
 
 
 
 
 
¨¨¨¨¨
 

Publié dans Vie à Lire moderne

Commenter cet article

Violette 13/06/2012 14:40


C'est vrai que moi aussi au début, je situais l'hsitoire dans les années 60. A cause du film sans doute, mais aussi parce que c'est vrai que l'écriture de Kessel est moderne.


As-tu vu le film?


Dommage qu'on se soit ratée de peu dimanche!

Ilse 13/06/2012 18:36



Je n'ai jamais vu le film en entier. Il faudrait quand même que je le visionne pour comparer...



Le journal de Chrys 13/06/2012 08:54


Jamais lu. Ta critique aiguise ma curiosité!!!! Je le note!