Ciné : deux portraits de femme

Publié le par Ilse

Affiche MilleniumLisbeth Sallander pour commencer. Cette jeune femme à l’allure marginale, piercings, coupe punk, cheveux teints en noir, tatouages, perd son tuteur victime d’une attaque cardiaque et se retrouve face à un pervers sexuel. Celui-ci n’imagine pas une seconde que bien que chétive et selon lui asociale, elle va parvenir à le piéger en filmant sa propre scène de viol. Lisbeth est une écorchée vive, presque un animal, prête à subir les pires souffrances pour les rendre au centuple. Elle retrouve un semblant d’humanité en tant qu’enquêtrice, puisqu’elle est une pro de l’informatique, possède une mémoire photographique et semble plus que déterminée à jouer les soldats sauveurs des femmes agressées. L’enquête sur laquelle bute le fameux journaliste du quotidien Millenium, Mikael Blomkvist, où il s’agit justement de retrouver un ou plusieurs psychopathes vont mettre en exergue tous les talents de la jeune femme.

Ce que j’en ai pensé : oui c’est un bon film où l’atmosphère morbide, la froideur du climat, des personnages est très bien rendue. Peut-être un peu trop. J’ai regretté, après avoir lu le livre il y a plus de deux ans maintenant, qu’il n’y ait pas la petite scène où le journaliste s’aperçoit du don de mémoire photographique de la jeune femme et lui explique que c’est plutôt un atout dans la vie… Je crois que le fait d’avoir lu le livre m’a aidée à suivre ce film au rythme soutenu. Maintenant, je serais presque curieuse de voir la version suédoise que je ne connais pas.

Je note quatre étoiles sur cinq.

Photo-millenium

 

 

««««

 

Affiche WimmerDans un autre registre, Louise Wimmer, personnage du film français de Cyril Mennegun. A bientôt cinquante ans, elle est sans domicile malgré un boulot de femme de ménage dans un hôtel. On ne sait pas trop comment elle se retrouve dans cette situation, mais on la suit dans sa galère au jour le jour.  Néanmoins elle n’est pas isolée, elle va chercher son courrier dans un café, a un amant, une fille qu’elle voit parfois. Elle est fière et ne parle à personne de sa situation même si certains autour d’elle ne sont pas dupes. Elle attend depuis plus de six mois un appartement des services sociaux qui lui demandent inexorablement de patienter. Elle tient, elle craque parfois, discrètement, mais elle tient. Un beau portrait de femme, qui aime la vie, très réaliste et difficile aussi.

Je noterai presque cinq étoiles sur cinq pour la prestation de l’actrice, Corinne Masiero, et la qualité de la mise en scène. C'est presque un film documentaire, on n'aime ou on n'aime pas...

 

 

Bande annonce là : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19266883&cfilm=179183.html#

 

«««««

Publié dans Vie de Parisienne

Commenter cet article