On s'est déjà vu quelque part ? _ Nuala O'Faolain

Publié le par Ilse

Lectures FaolainNuala naît dans une famille pauvre irlandaise dans les années 40. Elle est la deuxième d’une lignée de neuf enfants. Le père se détache rapidement de cet environnement familial pour mener sa carrière de journaliste. La mère, abandonnée, incapable d’élever ses enfants, se perd dans la boisson comme nombre de ses concitoyens. Mais elle donne le goût des mots et de la lecture à sa fille qui très vite sait lire.

 

Après une scolarité en dents de scie, Nuala multiplie les petits boulots, enseigne la littérature anglaise à Dublin et finit par intégrer la BBC à Londres où elle devient productrice. Elle voyage, produit des documentaires, fait des interviews sur les « vrais gens ».

 

Mais son amour pour l’Irlande est trop fort, elle y retourne dans les années quatre-vingt pour s’y installer définitivement. D’abord de façon bien chaotique avec une vraie difficulté à entretenir sa maison, gérer son quotidien. Elle avoue mal connaître son pays.

 

En faisant le bilan de sa vie affective, sa sexualité et ses relations avec ses frères et sœurs, l’auteur évoque sa solitude. Grâce à son écriture, après la parution de son autobiographie qui connaît un vif succès, elle semble reconnaissante, malgré tout, de ce qu’elle aura reçu.

 

 

Ce que j’en ai pensé :

 

Au départ, j’ai trouvé cette autobiographie difficile à lire parce que très triste. On découvre une famille qui n’en est pas une, des enfants qui doivent se débrouiller par eux-mêmes faute de présence des parents. Une mère alcoolique et un père, bien sûr, qui bat ses enfants, du moins les garçons, quand il daigne réapparaître au foyer familial. C’est dur. D’autant que la place des femmes en Irlande est on ne peut plus restreinte : aucune possibilité de contraception, une vision d’ensemble plus que dégradante.

 

L’auteur a croisé beaucoup de monde littéraire et la plupart des noms cités me sont totalement inconnus, j’en ai ressenti une petite frustration qui n’a pas duré longtemps...

 

C’est un beau portrait de femme, très émouvant, qui s’en est bien tirée si j’ose dire malgré tout ce manque d’amour et de repères. Je cite : « La chose la plus utile que j’ai gardée de mon enfance est la confiance en la lecture ».

 

Ce qui m’a le plus ému c’est que malgré tout son vécu et surtout ses voyages, elle se pose toujours autant de questions sur elle-même et avoue cette difficulté de vivre seule. La plaie reste ouverte. On s’attache à cette femme et tous les retours positifs pleins de chaleur qu’elle a reçus après la parution de ce livre agissent un peu, on l’espère, comme un baume.

 

Beaucoup d’extraits de poèmes ponctuent ce récit qui ajoute à la sensibilité et la profondeur de ce témoignage.

 

J’ai eu un petit pincement au cœur quand j’ai découvert qu’elle était décédée en 2008. Elle a écrit d’autres livres que je pense lire aussi.

 

Merci à Violette pour cette découverte.

Un autre avis chez George.

 

 

Extraits :

 

& Les clés du royaume et tous les autres A. J. Cronin, La Châtelaine du Liban. Les romans parlaient de ce qui me préoccupait. Ils posaient les questions auxquelles je cherchais des réponses. Comment la vie se vit-elle ? Comment trouve-t-on l’amour ?

 

& Dans les années 60, c’était la fin d’une vieille Irlande. De nouvelles possibilités se faisaient jour. Mais la question, et de loin la plus sérieuse pour une femme, restait celle de savoir quel arrangement trouver, et avec quel homme. Et ce n’était même pas vu comme une question.

 

& Une vieille dame qui habitait plus haut dans l’impasse s’est penchée par-dessus notre barrière pour nous dire : « C’est agréable de voir des gens profiter de la vie. Vous êtes absolument bienvenues dans notre rue. » Plus notre vie était régulière et ordinaire, plus je me libérais. Le monde dehors est devenu intéressant et divertissant pour moi parce que ma vie privée me rassurait.

 

 

 

¨¨¨¨¨

 

 

Publié dans Vie à Lire moderne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

leshumeursdeviolette 05/06/2011 23:19



Je suis contente que ça t'ait plu!


En revanche je ne trouve pas le début si triste que ça... Hâte d'en parler la semaine prochaine!



dame skarlette 05/06/2011 16:59



Merci pour tes avis de lecture c'est bien de nous dire si un livre est bien ou non. Bonne fin de journée à toi.



George 05/06/2011 11:34



j'ai regretté de si peu connaître la littérature irlandaise, car beaucoup de réfèrences m'ont échappé malheureusement ! mais malgré cela cette autobio est un vrai coup de coeur pour moi aussi et
vive Violette pour ses bonnes propositions !