Restes de janvier & février

Publié le par Ilse

JANVIER

 

"La petite mortjanvier12.jpg"

 

Ne rien ressentir, ne plus s’émerveiller, s’énerver, céder à l’énervement, manquer de confiance en moi, ne jamais rire. Douter de tout, ne pas avoir d’amis, n’avoir confiance en personne.

 

Etre dans l’attente, pas dans l’action. Ne pas pouvoir passer à l’action, patienter.

Ne pas être amoureuse, ne pas y croire, ne pas y penser.

 

Manger seule chez soi avec la radio. Regarder la télé, une émission littéraire : l’évasion comme j’aime ©.

Faire des cauchemars, rêver de deux oiseaux énormes, atroces, qui peuvent vous crever un œil en moins de deux. (Un après-coup du film sur Bruegel ? )

 

Ne pas être légère. Me mettre à pleurer dans une salle de sport. Etre fatiguée, ou pas. Ne plus savoir.

Suivre les informations ou faire semblant de s’intéresser à l’actualité. S’arrêter sur des futilités.

 

Etre vraie, ne plaire à personne. S’en foutre.

 

Associable, désagréable, froide. Merde. Quitter cette carcasse, cette carapace.

Devenir esthète. Aimer la beauté, la rendre. Lutter contre la médiocrité ambiante.

 

(Ca doit être l’effet Mots…)

 

Mon article marquant sur Hellocoton : chez BeBaRock.

 

Ma découverte musique :

 

 

 

 

Bon, revenons-en à des choses sérieuses : faits marquants FEVRIER

 

· Le 1er : rencontre avec un chirurgien plasticien qui m’a tout de suite fait penser à un « designer dans une boîte de pub » avec ses grosses (belles) lunettes noires (oh la la, le coup de ©…). Sinon j’ai encore pleuré au buro, puis, chez moi, allumé le petit chauffage d’appoint et appelé le plombier parce que les toilettes fuient.

· Le 2 : je retraverse letout Paris pour une minute de RV montre en main avec l’autre chirurgien, qui est ravi de me voir en forme. Il me propose de repasser dans 6 mois… Heu, sans façon. « De toute façon, si vous avez un problème, vous revenez ? ». Ben oui, malheureusement. Et je découvre que j’ai à nouveau perdu « mon » ORL (le + beau mec du monde, las…) (oui, je dois l’avouer, les princes charmants existent). De retour au buro : snif. Chez moi, les toilettes sont réparées et je gèle : il fait en moyenne 14°C.

· Le 5, un dimanche, avec un beau manteau blanc dehors. (J’aime la neige).

En ces temps de grand froid, je fais 3 vœux :

-       Que mon chauffage ne tombe pas en panne (original)

-       D’avoir de l’eau chaude le matin (le ballon d’eau chaude de l’immeuble est fragile…)

-       De n’avoir pas trop de soucis dans les transports en commun (hé, hé, hé)

· Le 11 : le club des lectrices semble annulé pour demain et germe en moi une non envie de continuer l’aventure. Le soir même, je retrouve Sophie au cinéma pour une rétrospective des quelques films de Sagan (Un cœur en hiver et Les fougères bleues) et croise le regard d’un certain Denis Westhoff : vivement la parution du site francoisesagan.fr ! J’ai aussi découvert qu’il y avait une association Françoise Sagan, géré par son fils, et un prix.

· Le 14 : ?????? Ben quoi, le 14 ?

· Le 19 : un dimanche. Heureusement que je tombe sur ça : http://lalydo.com/2012/02/petit-du-dimanche-memere-dans-les-orties/ S’en suit, car j’y vais malgré toujours une bête appréhension, le stress qui m’habite, un rendez-vous avec le club des lectrices : un moment agréable qui m’aura fait du bien et que j’espère retrouver dans un mois.

· Le 24 au soir : ça y est, je suis en vacances. Je suis très détendue… « Alors ce week-end je dois : finir un projet photo, aller au cours de théâtre, faire développer les photos que je suis censées faire et réussir demain, aller chercher un billet pour un spectacle de danse indienne, ranger mon appartement, passer l’aspirateur, faire ma valise, faire fonctionner le GPS que j’ai acheté il y a un bon mois maintenant. »

· Le 28 : grand moment d’émotion en allant voir La Bohême au Grand Théâtre du Liceu à Barcelone, une éternité que je n’étais pas allée à l’opéra. Je redoutais de ne rien comprendre à cause de l’italien que je ne maîtrise pas, le sous-titrage en espagnol que je maîtrise encore moins… Que nenni ! Au dos de chaque siège il y a des petits écrans qui sous-titrent en anglais. Un spectacle sublime avec des airs que je connaissais bien surtout à cause de ce film maintes fois revu... Seul bémol : ce ne sont que les acteurs principaux qui saluent à la fin alors que durant le spectacle on voit défiler beaucoup de monde, c'est dommage.

 

J’ai aimé lire, entre-autres, ceci chez Violette.



Ma découverte musique :







Publié dans Vie à Eprouver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article