Vive le Slow

Publié le par Ilse

Je viens de lire un article édifiant dans le Monde magazine du 28 août 2010, comme quoi tout va trop vite et qu'à ce train là nous allons droit dans le mur.


Il s'agit d'une interview du sociologue allemand Hartmut Rosa, expliquant à quel point le fait de vouloir aller trop vite augmente notre sentiment d'inutilité et de faire du sur place. Cela génère un stress permanent qui tend à nous rendre malheureux ou du moins, constamment frustrés. La pollution de notre planète en est l'exemple le plus flagrant : notre terre est tellement polluée qu'elle n'a pas le temps, elle, de s'en remettre... Le pire, est que nous sommes pris dans cette spirale que nous n'arrivons pas à stopper, à freiner.


Les autres conséquences qui touchent directement l'humain sont notamment les suicides au travail, les familles décomposées, "la dépression devient la pathologie psychique la plus répandue de la modernité avancée".

 

A lire : "Fatigue d'être soi" de Alain Ehrenberg (Odile Jacob)

 

Une autre conséquence néfaste très lourde est que la mondialisation, l'accélération technologique, la vitesse de la transaction économique et financière qui s'accroît sans cesse menacent inexorablement la démocratie. Nous n'avons ou ne prenons plus le temps de comprendre le pourquoi du comment. Cette vitesse altère notre réflexion, notre mémoire, du coup "nous n'arrivons plus à appréhender le sens et les conséquences de nos actions".

 

Apparemment, des "débuts de remèdes" sont mis en place : les associations Slow Food et Cittaslow ont fondé le mouvement Slow Life : Slow Travel, Slow Money, Slow Fish, Slow Production, SlowParenting, Unplug Challenge, Sabbath Manifesto...

 

Plus d'infos là : http://www.theworldinstituteofslowness.com/

Publié dans Vie à Eprouver

Commenter cet article